Pour les réfugiés, rester propre c’est rester digne

Une centaine de réfugiés dorment sous les arcades d’un immeuble près de la gare de l’Est. Pour eux, conserver un bon niveau d’hygiène, malgré des conditions de vies extrêmement difficiles, est une façon de conserver leur dignité.

La nuit est tombée sur la place Raoul Follereau, dans le 10ème arrondissement de Paris. Des réfugiés, principalement d’origine afghane, se rassemblent petit à petit. C’est ici qu’ils dorment, depuis quelques semaines pour certains, depuis plusieurs mois pour d’autres. N’ayant pas accès au logement, ils installent chaque soir leurs couvertures sous les arcades des immeubles. En attendant que la France statue sur leur sort, ces hommes mènent une vie de sans-abri.

Leur condition ne se devine pas à leur apparence. Aucune marque de crasse, aucune odeur, aucune tâche, ne témoignent des jours et des nuits passés dehors. Les réfugiés s’efforcent, malgré les difficultés logistiques et administratives, de faire face, et rester propre participe de cette attitude.

« Sale », une terrible insulte

« La propreté est culturellement très importante pour eux », explique Sara Bonyadi, originaire d’Iran, qui aide les réfugiés depuis le mois de septembre avec l’association Sciences Po Refugee Help. « L’islam impose de se laver avant chacune des cinq prières quotidiennes. Cela a eu un impact important sur la place de l’hygiène dans la société. Traiter quelqu’un de “sale” est une insulte terrible », ajoute-t-elle.

Difficile, dès lors, d’aborder le sujet frontalement. Shamsolla vit dans le camp depuis 40 jours. L’homme d’une quarantaine d’années est assis à même le sol, blotti sous une couverture qu’il partage avec deux compagnons d’infortune. Il esquive les questions sur la douche, préférant parler de ce qui le préoccupe réellement : le logement. A côté de lui, un homme plus jeune lance : « La solution à nos problèmes, c’est trouver un chez-soi. Il y a un proverbe farsi qui dit : quand tu as une maison, tout devient facile ».

Une carte pour trouver les douches

Pour le moment, la moindre douche est une péripétie. « Avec Sciences Po Refugee Help, nous avons créé une carte qui recense toutes les douches qu’ils peuvent utiliser », indique Sabrina Gooriah, également membre de l’association. « Il y a les bains douches municipaux de la ville de Paris par exemple. Mais ce n’est pas régulier, car ces structures ne sont ouvertes qu’à certaines heures. Ce n’est pas pratique non plus, car ni serviettes ni savon ne sont mis à disposition ».

Les réfugiés n’ont pas accès à d’autres toilettes que les WC publics situés à quelques mètres de là. Réveillés à l’aube par la police, qui évacue les camps chaque jour entre 6 et 7 heures, les réfugiés utilisent cette unique « salle de bain » pour se laver. « Le matin, il y a une file d’attente immense, jusqu’à 20 personnes », témoigne un des habitants du camp.

Un camp propre

Sous les arcades, pas de déchets qui traînent ou d’odeur d’urine, contrairement à ce que prétendent certains riverains, qui déversent de l’eau savonneuse sur le sol durant la journée. « Ils font ça uniquement pour que nous ne puissions pas dormir là », affirme Shamsolla.

Beaucoup d’entre eux ont entamé des procédures de demande d’asile. S’ils peinent à comprendre pourquoi ils ne peuvent pas dormir au chaud en attendant, ils gardent espoir. Ahmet*, qui maîtrise bien le français, affirme : « je suis si heureux d’être arrivé en France ». De son sac à dos entrouvert dépassent un livre en français et une bouteille de shampoing. Deux moyens, sur la route de l’exil, d’échapper à la déshumanisation.

*Prénom d’emprunt

Déborah Loye

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s