J’ai testé pour vous… le no-poo

Cinq semaines sans se laver les cheveux. J’expérimente le « no-poo », une alternative écologique au shampoing. Mon objectif : gagner du temps en adoptant une routine capillaire respectueuse de mes principes éthiques. Récit du sevrage de ma chevelure et réactions de mes proches, mon dermato et ma coiffeuse.

Courant novembre, les commandes de papiers pour mon école de journalisme s’accumulent sur mon bureau. Je passe plus du temps devant mon ordinateur que dans ma salle de bain. Le dimanche soir, je bataille pour dégager 40 minutes dédiées au « shampouinage » de ma tignasse trop épaisse, trop bouclée, trop galère à laver… Un jour, je tombe sur l’article d’Ophélie, blogueuse sous le nom d’Antigone XXI, fervente adepte d’une hygiène capillaire alternative appelée « no-poo » (« poo » étant la contraction de « shampoo »). Et là, tout s’éclaire. Le plan semble parfait : Ophélie parvient à garder ses cheveux propres, sans  les laver.

Le no-poo : des cheveux propres sans les laver?

Le principe ? D’abord, espacer les lavages. Ensuite, les arrêter pendant un mois. Un mois durant lequel votre cuir chevelu produit du sébum en illimité. L’astuce, pour éviter un drame capillaire : brosser sa chevelure vigoureusement, au moins trois minutes par jour. Pour ceux qui ne supporteraient pas l’idée, les rinçages à l’eau sont tolérés. Les shampoings secs naturels aussi (recette express ici). Le cuir chevelu se sèvre des produits auxquels il est habitué. Après ce mois de « jachère », on applique un mélange d’eau et de bicarbonate, le « no-poo ». Rinçage à l’eau ou éventuellement au vinaigre de cidre. Il est possible de tenir un à deux mois avant le prochain lavage.

Cinq semaines sans shampooing

Je me lance dans l’aventure. Problème : j’ai les cheveux bouclés. Or, le brossage casse les boucles. Un coup de brosse et hop, à moi la coupe « Jackson 5 ». Au bout de cinq semaines, mon crâne ne dégage pas d’odeurs compromettantes. L’épaisseur de mes cheveux dissimule les pellicules. Certes, mes cheveux ne sont pas au mieux de leur forme. Le brossage les défrise. Ce n’est pas l’idéal. Il est maintenant temps de soumettre mon cuir chevelu au verdict de mon dermato, puis d’en discuter avec ma coiffeuse et mes proches

Léa Scherer

Crédit photo : Chloé Rochereuil.

Salle d'attente médecin vide : DoctorsEmptyWaitingRoom-Paris France_Hurikat

À LIRE AUSSI : Le no-poo, chez le dermato

 

RRRrrrr, cheveux sales

À LIRE AUSSI : Le no-poo, avec mes proches

 

IMG_2822

 

À LIRE AUSSI : Le no-poo, chez la coiffeuse

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s